Vernon Giverny website in English

Please click on the flag
La collégiale de Vernon
Un dossier complet consacré à ce monument remarquable
Cliquer sur la photo pour y accéder

Documents à télécharger
Cliquer sur l'icône pour y accéder
Les maisons à pans de bois
Un dossier complet consacré au riche patrimoine de notre ville
Cliquer sur la photo pour y accéder
 
Vernon Giverny Website auf deutsch
Bitte, auf die Fahne clicken
 

Passer la souris sur les photos et les icônes pour obtenir des informations complémentaires
Le vieux moulin de Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
La fondation Monet à Giverny
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
La tour des archives à Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Des visites, oui, mais il y a bien autre chose a faire à Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Balades et randonnées autour de Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Les musées de Vernon et Giverny
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Une balade dans les rues de Giverny
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Le bassin des nymphéas à Giverny
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Le château des Toutelles à Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir

Le Château des Tourelles (2)

Une minoterie industrielle : l’entreprise Planter




On ignore quel fut le destin du château des Tourelles  entre 1640 - 45 et 1763.  A cette date eut lieu une restauration importante. il est  probable que c’est alors qu’on couvrit la tour centrale d’une toiture et les tourelles de toits en poivrières. Des fenêtres furent ouvertes, l'entrée transférée  du côté sud au côté nord  (c'est l'entrée actuelle). C’est aussi vers cette date que  le terrain autour fut définitivement remblayé.

En 1778 le propriétaire, le seigneur de Vernonnet Le Moine de Belle-Isle ( qui lui même l’avait achetée au Maréchal de Belle-Isle - note: malgré un nom semblable,  ils ne sont pas de la même famille) avait fieffé la propriété à une négociant  en grains et minotier, un certain Planter.

Ouvertures pratiquées au XVIIIè s

Notons que  la propriété comportait certes le château des Tourelles, mais surtout quatre hectares de terrain autour,  assez pour construire les installations industrielles nécessaires à une importante minoterie, par exemple un atelier de tonnellerie, pusiqu'on exportait la farine en tonneaux, ou bien encore des installations pour étuver la farine pour tenter de tuer  les insectes qui s'y trouvaient et ainsi améliorer sa conservation.

Quant aux Tourelles,  Planter y  fit effectuer de grands    travaux  pour adapter le bâtiment à son usage.
Dans la tour sud, fut créé un large escalier pour permettre de monter les sacs de blé ou de farine à dos d’hommes. Des  fenêtres furent percées, des bureaux furent installés dans les tours est et ouest  et un logement  créé dans la tour nord. A l’intérieur des plate-formes en bois permettaient de  relier ces divers aménagements. La grande salle  d’une hauteur considérable du corps central  qui avait déjà été  divisée en deux  par un plancher ( on voit toujours les restes d'un cheminée au l'ancien étage) fut équippée de nouvelles poutres de forte section ( toujours visibles) et   utilisée comme silo à farine - autant d’aménagements qui ont transformé l’ancienne forteresse en bouleversant les plans d’origine.  Sur le terrain qui entourait les Tourelles, il fit élever divers ateliers et surtout un grand bâtiment de cinq étages accolé aux Tourelles qui se prolongeait jusqu’au fleuve et servait aussi de quai de chargement des péniches de  farine.

 


Cachant presque totalement le château des Tourelles, le bâtiment en colombages élévé par Planter. (Sur la droite le pont et l'actuel Vieux Moulin) - Peinture  datée entre 1820 et 1840.

Château des Tourelles - Tour sud-ouest ( partiellement reconstruite)

Le niveau supérieur de la grande salle fut à un moment transformé en lieu de séjour avec une grande cheminée. Par la porte à droite on accédait à l'appartement de fonction du meunier Planter


Quand on parle de meunier, on a souvent en tête l’image d’un petit artisan qui exploite un unique moulin avec un ou deux compagnons. Telle n’est pas l’image qu’on doit avoir en parlant de Planter. C’était un gros industriel, le plus gros négociant en farine de France,  qui possédait la plus grande entreprise de meunerie de France et peut-être même d’Europe. En plus de ravitailler Paris et d’exporter en Espagne  où  il avait deux commerciaux - l’un à Madrid, l’autre à Séville,  il avait obtenu plusieurs gros marchés publics  dont il était l’unique attributaire : il était fournisseur exclusif de la marine française. (De passage à Vernon en 1785, le négociateur américain Benjamin Franklin note  qu’on y trouve « un grand établissement de minoterie où la Marine française trouve des approvisionnements.») Plus encore, il avait l'exclusivité de la fourniture de farine à l’ensemble des colonies françaises d’Amérique, en particulier celle de Saint Domingue, qui, à elle seule, absorbait 50% du commerce extérieur de la France. Bien entendu Planter possédait des moulins et des installations ailleurs dans le Bassin Parisien, mais c’est ici qu’était installé le siège de l’entreprise. Le logement  créé dans les Tourelles était celui  que Planter, qui résidait à Versailles,  occupait lorsqu’il venait à Vernon.

On sait que l'Ancien Régime a traversé de nombreuses crises  frumentaires (liées au manque de blé, ou à la peur d'en manquer, et souvent au prix trop élévé de celui-ci, etc)  qui pouvaient dégénrer en crises sociales et politiques. Vernon, avec ses moulins et sa minoterie industrielle  a souvent été au coeur de ces moments de tourmente.

   Aller à la page  'Chertés et émeutes'  Découvrez ici plusieurs exemples de troubles et émeutes à Vernon en relation avec  le blé et la farine.



Le château des Tourelles dans les années qui suivirent...
 Le château fut un temps utilisé comme prison  durant la Révolution; une  petite usine métallurgique occupa aussi un moment certains bâtiments avoisinants. Quelques troupes furent à nouveau casernées là vers 1840 - 50. Enfin,   un certain Ogereau  établit une tannerie sur l’ensemble du terrain. (Il construisit  de nombreux bâtiments industriels tout autour, mais les Tourelles ne servaient plus que de débarras.) L'affaire  fut prospère pendant tout le 2ème Empire. C’était une grosse entreprise qui employait même des ouvrier immigrés : on y trouvait  « deux turcs mahométans» peut-être pour travailler certains cuirs à la façon orientale. De cette époque date la maison de maître - maintenant centre de loisirs de la ville, ainsi que les écuries, édifiées par William White, l’architecte du château de Bizy. Cette tannerie a dû cesser ses activité suite aux réquisitions de cuir opérées par les Prussiens en 1870 et jamais remboursées.


L'ensemble du site avec l'ancienne  maison Ogereau et les Tourelles

Devant les Tourelles,  un bâtiment 'Ogereau' qui avait remplacé celui en bois du XVIIIè s


 Pendant les bombardements de juin 1940, les toitures furent soufflées, puis en 1944, une bombe éventra   la tourelle sud-ouest. Le site resta  dix an à l’abandon avant qu’on se décide à remettre des toitures et à reconstruire la tourelle. On ne put remonter qu’un tiers de la tour, les autres pierres ayant disparu - peut-être pas perdues pour tous !  Bien plus tard, le reste de la tour fut reconstruit et enfin sa toiture posée dessus en 2001.

Le château des Tourelles est maintenant une coquille vide, inutilisée  et laissée dans un état proche de l’abandon alors que - dans le magnifique site où il se trouve - il pourrait être une des attractions majeures de  la ville de Vernon...



  Page 1 Le pont fortifié
  Page 3 (suite)  Le Vieux Moulin
  Page 4 Le pont