Vernon Giverny website in English

Please click on the flag
La collégiale de Vernon
Un dossier complet consacré à ce monument remarquable
Cliquer sur la photo pour y accéder

Documents à télécharger
Cliquer sur l'icône pour y accéder
Les maisons à pans de bois
Un dossier complet consacré au riche patrimoine de notre ville
Cliquer sur la photo pour y accéder
 
Vernon Giverny Website auf deutsch
Bitte, auf die Fahne clicken
 

Passer la souris sur les photos et les icônes pour obtenir des informations complémentaires
Le vieux moulin de Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
La fondation Monet à Giverny
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
La tour des archives à Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Des visites, oui, mais il y a bien autre chose a faire à Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Balades et randonnées autour de Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Les musées de Vernon et Giverny
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Une balade dans les rues de Giverny
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Le bassin des nymphéas à Giverny
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Le château des Toutelles à Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir




Giverny au pays du Soleil Levant : Kitagawa

Monet et le Japon

 

Vous connaissez l'existence de la maison et du jardin de Claude Monet à Giverny et vous les avez peut-être visités.
Mais savez-vous qu'il en existe une réplique presque parfaite au Japon?
Regardez les photos ci-dessous . Vous pensez reconnaître Giverny? Eh bien non, elles ont été prises au Japon...


La maison de Monet - Le pont japonaiis - Kitagawa, Japan [1]


Pour marquer le passage à l'an 2000, Monsieur Gérald Van Der Kemp avait décidé de réaliser un projet nommé 'Jardin de Monet Marmottan au Village de Kitagawa', c'est-à-dire de reproduire le plus exactement possible le jardin de Claude Monet à Giverny dans la petite ville japonaise de Katagawa.
(Rappelons que Gérald Van Der Kemp, ancien conservateur en chef de Versailles, a été le premier conservateur de la Fondation Monet à Giverny, et, à ce titre, c'est lui qui a mené à bien les immenses travaux de restauration du domaine afin de pouvoir l'ouvrir au public.)

Monet n'a pas résisté à la tentation de peindre sa femme dans un kimono au rouge vif, un éventail déployé près du visage, à la manière des beautés d'Utamaro.
Japonnaise, 1876 Musée des Beaux Arts Boston [10]
Le jardin de fleurs à Kitagawa [2, 3]

IIl pouvait sembler impensable de vouloir reproduire une parcelle de Normandie dans un environnement culturel et climatique aussi différent et pourtant affirme un visiteur japonais qui revient de Giverny : le jardin de Kitagawa est " très proche de l'original, avec un très bel étang que complètent de nombreuses plantes originaires d'Europe et du Japon. "


Le jardin d'eau à Kitagawa [4]

Conçu sur le modèle de celui de Giverny, tout est semblable à l'original dans le jardin japonais, les chemins, les fleurs, les plantes, l'étang et '( bien sûr) les nymphéas. D'ailleurs, pour être certains de l'authenticité du lieu, les concepteurs ont demandé au jardinier en chef de Giverny d'être le conseiller technique.

 

"Le jardin de Monet Marmottan au Village de Kitagawa", puisque tel est son nom officiel, est situé dans la petite ville de Kitagawa-mura , dans la province de Kochi , dans une île de la partie sud du Japon, au sud d'Hiroshima et au sud-ouest d'Osaka
(Site internet : http://www.kitagawamura.net/monet/ )

 

 

C'est dans cette même petite bourgade qu'est né en 1838 Nakaoka Shintaro, un des artisans du Japon moderne.
Au milieu du XIXème siècle, la politique autocratique des Shoguns avait imposé un isolement complet au Japon qui restait féodal. Nakaoka Shintaro, activiste pro-impérial (et donc anti-shogun) fait partie des réformateurs qui ont imposé le retour au pouvoir de la dynastie impériale, avec le nouvel empereur Meiji, ce qui a amené la fin du Japon féodal.
Le changement de gouvernement a fait entrer le pays brutalement dans l'ère moderne et, en quelques années, il est passé d'une société médiévale à une société industrialisée.


Quand on connaît l'admiration des Japonais pour Monet, il n'est pas difficile de croire que dès le début le Jardin Monet Marmottan au Village de Kitagawa a été un succès, attirant des foules considérables: 200.000 visiteurs s'y sont pressés dès la première année.
Un visiteur japonais parle ainsi de Kitagawa:" On m'avait dit que c'est un jardin français surprenant, mais ce qui m'a surpris c'est le nombre de fleurs rares et le nombre de gens. Des gens, encore des gens, il y en avait partout."

Nymphéas ià Kitagawa ou à Giverny ? Qui peut le dire... [5, 6,7]
Seule la photo du milieu montre Giverny

Ce fut un véritable défi que de réaliser ce jardin : la position géographique, face à la mer, le relief du terrain très escarpé, les conditions climatiques qui induisent un biotope différent, les typhons tropicaux, tout ceci a rendu le travail difficile, déclare Monsieur Gilbert Vahé, Chef jardinier à Giverny. Mais il précise que "tous les points handicapant sa réalisation ont trouvé une solution avantageuse, que ce soit la présence de collines, la proximité de la mer ou le climat. " Gilbert Vahé explique ainsi qu'il a été possible d'enrichir la gamme des fleurs et de plantes entrant dans la composition du jardin à cause du climat et de la différence de biotope ou d'utiliser la mer pour créer des effets de perspective. " Le seul élément hostile qui reste présent, ce sont les typhons, " ajoute-t-il, " Pour cette raison, j'admire ces jardiniers qui remettent sans arrêt leur travail en question et luttent contre les éléments naturels."

Le jardin d'eau - Kitagawa [8, 9]

Mais pourquoi Monet intéresse-t-il tant les Japonais ? C'est qu'il existe des parallèles et des ressemblances entre l'art japonais et l'impressionnisme.

Il est patent que Monet, comme de nombreux artistes de son temps, a été largement inspiré par les peintres japonais : il a participé aux célèbres " dîners japonais " où l'on parlait de l'Art japonais avec admiration, il a côtoyé Hayashi Tadamasa,un des grands peintres contemporains, etc… Et ses tableaux s'en ressentent. Il suffit de voir le portrait qu'il a fait de sa femme, Camille habillée en japonaise, mais d'une manière générale il a repris aux artistes japonais certains jeux de couleurs, certains thèmes, le mouvement, le cadrage.

Monet n'a pas résisté à la tentation de peindre sa femme dans un kimono au rouge vif, un éventail déployé près du visage, à la manière des beautés d'Utamaro.
Japonnaise, 1876 Musée des Beaux Arts Boston [10]


Pour Monet, la peinture moderne ne signifiait pas seulement peindre des sujets modernes mais aussi trouver un moyen de représenter les perceptions que le rythme de la vie moderne semblait accélérer. L'étude d'estampes japonaise du XIXème siècle, qui elles aussi montraient la vie moderne a aidé le Maître à développer sa conception de l'impressionnisme. L'utilisation d'à-plats de couleurs brillantes, l'asymétrie, les éléments éloignés et rapprochés qui se télescopent, tout cela a montré à Monet qu'il existait d'autres possibilités picturales que les tons nuancés, les compositions équilibrées et la lenteur du rythme qu'on trouve dans la peinture de paysages avant Monet.


Monet possédait une collection de 250 estampes (exposées dans sa maison de Giverny) dont les couleurs, les formes et les techniques picturales ont fasciné l'artiste, couleurs et techniques qu'il a trouvées en particulier dans les estampes d'Hiroshige et de Hokusai. (Deux des plus grands maîtres de la gravure japonaise.)

Hiroshige : Numazu, Crépuscule [11]
Claude Monet : Peupliers sur les rives de l'Epte en automne (1891)
[12]

.
Hodogaya : Sur la route de  Tokaido, vers. 1834- [13] - Claude Monet : Peupliers au soleil, 1891 [14]

L'influence de l'Orient se retrouve aussi dans le jardin de Monet : en quelques années il a métamorphosé son jardin, en a dessiné les allées, y a planté de nombreuses espèces de plantes exotiques, a remplacé les pommiers par des cerisiers et abricotiers du Japon. De Chine et du Japon, il a fait venir des bambous, des nénuphars exotiques et des plantes rares.
En 1924, Georges Truffaut écrivait dans le magazine " Jardinage " que les plantes y sont disposées sans plan préalable, de façon asymétrique, et l'on sent bien là une forte attirance pour l'Extrême-Orient.
Mais le lien le plus évident entre le jardin de Claude Monet et les jardins japonais est évidemment le pont, que l'on appelle le 'Pont Japonais' , car il possède le même cintre que ceux du Japon. (Notons tout de même la couleur verte alors que les 'vrais' sont rouges le plus souvent.). On appelle ces ponts 'ponts clair de lune', car le cintre permet de laisser passer les rayons de lumière et le reflet de la lune.
Empruntant cette idée japonaise, nous dit Gilbert Vahé, Monet a façonné l'étang avec une partie étroite et ombragée par des bambous de façon à ce que la lumière passe sous ce pont pour éclairer les nymphéas situés dans l'ombre des bambous .


A gauche:: Hiroshige, Dans la sanctuaire de Kameido-Tenjin sanctuary (à Tokyo) [15]. A droite: Hokusai : Sous le pont Mannen  à Fukagawa [16] Dessous:  Claude Monet, L'étang aux nénuphars, harmonie en vert [17]

Ainsi profondément inspiré par l'Art Japonais que l'Europe apprend à connaître après le début de l'Ere Meiji qui marque l'ouverture du Japon à l'influence occidentale, Monet est le lien tout indiqué entre les deux cultures artistiques. Ainsi on comprend mieux l'attrait qu'exerce Monet sur le Japon et l'engouement des Japonais pour le " Jardin de Monet Marmottan au Village de Kitagawa".

Giverny ou Kitagawa ?

Le jardin de Kitagawa est bien une réplique de celui de Giverny, fidèle à l'esprit de celui de Monet, mais aussi presque à la lettre. Il n'est pas toujours facile de reconnaître lequel les photos suivantes représentent. Voulez-vous essayer ?

Dans chaque paire de photo, laquelle est celle de Giverny?

 

=

La première des deux photos montre Giverny et la seconde Kitagawa  [18, 19]

Oui   Non

Pas facile... Même Monet aurait pu hésiter !.

 


=

La première photo  est de  Giverny et la seconde de  Kitagawa [20,21]

Oui   Non


Ca semble plus facile, mais est-ce que ça l'est vraiment ?

 


=

La première photo vient de  Giverny; et Kitagawaa est N° 2 [22, 23]

  Oui   Non

Il n'y a pas beaucoup de différence ...La première photo montre   Giverny


=

La première photo montre   Giverny [24, 25]

Oui   Non

Dans lequel des deux jardins  trouve-t-on les plus beaux nénéuphars?


=

La première photo a été prise à Giverny, la seconde au  Japon. [26, 27]

 Oui Non

Le choix est difficile, n'est-ce pas ?

 

 

 

 


=

Photo #1 :Le pont japonais à Giverny et dessous (#2), celui de Kitagawa.  [28, 29]

Oui Non

Rares seront ceux qui ne vont pas se tromper !La première photo montre   Giverny


=


La première photo montre  l'étang de  Giverny  [30,31]

Oui   Non

Alors, ces collines, sont-elles celles de Giverny ou de Kitagawa ?

 


=

La première photo montre   Giverny, la seconde a été prise au Japon [32,33]

Oui   Non

On se rend bien compte que le jardin de Kitagawa n'est pas un simple pastiche de celui de Giverny , mais il re-crée l'esprit du jardin de Monet.

 

 

Un remerciement tout particulier à Monsieur Flint qui nous a autorisé à reproduire de nombreuses photos de cette page que nous n'aurions pas pu préparer sans son aide. D'autres photos de Kitagawa sont visibles sur son site. (http://flintyinjapan.typepad.com/photos/the_monet_gardens/index.html)

Note de 2013 : il semble que le site ne soit plus accessible. Je laissi tout de même son adresse au cas  où il reprendrait vie...



Qualsurs autres pages sur le 'vrai' jardin de Giverny
La genèse du jaRdin de Cmaude Monet
Giverny, espace de métissage
Monet, la Seine, et la Normandie
Liste ces p,ates et dces fleurs dans le jardin
Calendrier de floraison

et un autre 'Giverny'... mais aux Etats Unis