Vernon Giverny website in English

Please click on the flag
La collégiale de Vernon
Un dossier complet consacré à ce monument remarquable
Cliquer sur la photo pour y accéder

Documents à télécharger
Cliquer sur l'icône pour y accéder
Les maisons à pans de bois
Un dossier complet consacré au riche patrimoine de notre ville
Cliquer sur la photo pour y accéder
 
Vernon Giverny Website auf deutsch
Bitte, auf die Fahne clicken
 

Passer la souris sur les photos et les icônes pour obtenir des informations complémentaires
Le vieux moulin de Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
La fondation Monet à Giverny
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
La tour des archives à Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Des visites, oui, mais il y a bien autre chose a faire à Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Balades et randonnées autour de Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Les musées de Vernon et Giverny
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Une balade dans les rues de Giverny
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Le bassin des nymphéas à Giverny
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Le château des Toutelles à Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir


Monet et les villageois




Maintenant que  vous avez terminé la visite de la maison et du jardin et que M. Monet ne peut plus nous entendre, il est temps de  dire quelques mots sur sa personnalité et sur ses relations avec les villageois.

S'il est vrai que Monet pouvait être un hôte parfait, agréable et charmant, il était aussi  grognon et désagréable, surtout  quand  il n'était pas content de son travail. Il pouvait aussi être un véritable ours et il n'était pas rare que la seule réponse à un villageois qui le croisait dans le rue et le saluait d'un 'Bonjour, monsieur Monet',  fut une sorte de grognement "B'jour". Voilà qui ne devait aider à rendre les relations faciles.
 


  
Aux yeux des villageois, monet devait paraître bien étrange. En fait  c'était deux mondes qui se croisaient: d'un côté une petite communauté d'artisans, de fermiers et d'ouvriers agricoles, probablement un  peu étroite d'esprit et  très traditionnelle. D'un autre côté, un artiste.

 D'abord Monet ne fréquentait pas l'église, ce qui à l'époque était plutôt exceptionnel et  mal vu. De plus, pendant des années il a vécu avec Alice Hoschédé sans qu'ils soient marriés, ce qui devait être  une situation scandaleuse pour beaucoup.

De plus, ils  devaient  penser que cet homme était un oisif.  Pour eux travailler, voulait dire des efforts physiques, de la sueur et de la fatigue. Et voilà que cet homme  mettait un peu de peinture sur une toile et appelait cela un travail! Et ses amis, ceux qui venaient à l'hôtel Baudy?  On aurait dit des vagabonds...  Non, pour sûr, Monet n'était pas quelqu'un de respectable !

A cela venaient s'ajouter  les étranges demandes que Monet faisait. Deux exemples suffiront pour comprendre ce que la population locale pouvait ressentir et penser.



Une année, Monet avait commencé à peindre des meules de foin dans un champ. Vint le moment où le  fermier désirait ramener son foin chez lui, alors que Monet n'avait pas terminé son tableau. Le peintre, alors,  paya un certaine somme d'argent pour que  le paysan laissât ses meules encore quelques jours, le temps pour Monet de finir sa toile. Et dans le village, la rumeur courut que Monet "louait" des meules de foin. Pensez-donc "louer" des meules  ! C'est vraiment une idée de fou...




 Vous avez visité le Jardin d'eau avec son étang et ses nymphéas. C'est magnifique, n'est-pas? De nos jours ce jardin est séparé de l'autre par une route. Du temps de Claude Monet, il passait là, non pas une route, mais une petite voie ferrée, avec seulement six trains par jours. Et pourtant Monet se plaignait que la suie qu'envoyaient les locomotives retombait sur ses fleurs et ses plantes et les salissait. Alors, chaque matin, une de ses nombreux jardiniers devait prendre une barque, parcourir l'étang et  et nettoyer  les nymphéas, un par un ! Imaginez les racontars dans le village...



Il est facile de comprendre que la plupart des villageois pensaient que cet homme était un cinglé qui, en plus, jetait son argent par les fenêtres ! Même plusieurs décennies plus tard, cette impression défavorable et parfois méprisante subsistait; nombreux étaient ceux qui, à  Vernon et à Giverny, ne pensaient pas beaucoup de bien  de lui. Dans les années 60 et 70, si on parlait à quelqu'un qui l'avait connu, il n'était pas rare d'obtenir ce genre de remarque :" Oh! Monet... Monet...non, c'était pas quelqu'un d'intéressant."

Mais ce fut quand même un grand artiste !



Quelques autres pages sur Monet et Giverny dans ce site

* Giverny, une colonie américaine
* Monet, la Seine et la Normandie
* La genèse du jardin de Monet