Vernon Giverny website in English

Please click on the flag
La collégiale de Vernon
Un dossier complet consacré à ce monument remarquable
Cliquer sur la photo pour y accéder

Documents à télécharger
Cliquer sur l'icône pour y accéder
Les maisons à pans de bois
Un dossier complet consacré au riche patrimoine de notre ville
Cliquer sur la photo pour y accéder
 
Vernon Giverny Website auf deutsch
Bitte, auf die Fahne clicken
 

Passer la souris sur les photos et les icônes pour obtenir des informations complémentaires
Le vieux moulin de Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
La fondation Monet à Giverny
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
La tour des archives à Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Des visites, oui, mais il y a bien autre chose a faire à Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Balades et randonnées autour de Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Les musées de Vernon et Giverny
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Une balade dans les rues de Giverny
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Le bassin des nymphéas à Giverny
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Le château des Toutelles à Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir


Monet, la Seine

et la  Normandie


Monet, un Normand, un homme de la Seine?
Qui pourrait en douter ? Il suffit de se souvenir des endroits où il a vécu…. Né à Paris en 1840, il a passé son enfance et son adolescence au Havre, et les 43 dernières années de son existence, à mi chemin entre ces deux villes, au confluent de l'Epte et de la Seine, à Giverny où il est mort en 1926, Entre ces deux lieux qui encadrent sa vie, d'autres l'ont rythmée - Bougival, Argenteuil, Poissy et Vétheuil- toujours sur la Seine, qu'il a peinte si souvent et en toutes saisons. Et n'oublions pas ses séjours à Rouen ou dans divers lieux entre Vernon et Vétheuil !


Monet's house at Vétheuil

The Seine at Lavacourt , 1880 - Dallas Museum of Arts
(click to enlarge
)


Frederick Carl Frieseke (1874-1939) Woman in a garden, ca. 1912 © TFAA
Faut-il un autre indice de sa 'normanité' ? On dit que les normands n'ouvrent guère leur porte aux inconnus, qu'ils sont bourrus et peu amicaux. C'est aussi ce qui se disait de Monet, lui qu'on voyait rarement déambuler dans les rues de Giverny et qui répondait par un grognement bourru au salut qu'on lui adressait. Quant à ouvrir sa porte : ce n'était que pour quelques intimes parmi lesquels Clemenceau, Geffrey ou Bonnard, son voisin vernonnais Quant à la plupart des nombreux peintres américains qui formaient la 'colonie' de Giverny, ils ne le voyaient que rarement et ils ne franchissaient qu'exceptionnellement le seuil de la demeure du maître. On pourrait citer l'exemple de Frieseke qui a résidé pendant trente années dans une propriété jouxtant celle de Monet. Il ne fut invité à pénétrer chez ce dernier que longtemps après son arrivée et encore, ce ne fut pas Frieseke, le peintre, qui fut invité mais son épouse qui se passionnait pour le jardinage et qui, de ce fait, se lia d'amitié avec Monet.

A l'âge de seize ans, Monet rencontre Eugène Boudin originaire d'Honfleur. C'est là aussi qu'il fait la connaissance de Jongkind et ces deux peintres l'initient à la peinture en plein air. C'est encore là, à la ferme saint Siméon, au-dessus de Honfleur, que, quelques années plus tard, Monet et d'autres " enfants terribles " de la peinture impressionniste, comme Corot, Sisley, Pissarro ou Renoir, se retrouvent.


Phare de l'Hospice, 1864 - Kunsthaus, Zurich

Trouville, à quelques kilomètres de là, est aussi un lieu dont les plages, la mer et le ciel ont inspiré Monet.

 

C'est dans tous ces endroits qu'il a construit sa peinture avec les paysages de la Manche, à force de ciels, de vent, de ports, de plages et de falaises.rouville, a few kilometres from there, is another place, the beaches, sea and sky of which were Monet's source of inspiration.

 

 

These are the places that structured his painting, the landscapes of the English Channel and its sky, harbours, beaches and cliffs.


The beach at Trouville, 1870 (click to enlarge)
ous son pinceau, les plages se peuplent de couleurs claires, et le ciel devient un spectacle sans cesse renouvelé. Le ciel marin rapidement change, et la ligne d'horizon n'est qu'un prétexte pour étudier le bleu. Mer et nuages se correspondent. Monet est peintre d'atmosphère marine, d'un bleu qui subit les variations rapides de la lumière normande.

Regatta in Saint Adresse, 1867 - Metropolitan Museum of Art (click to enlarge)

Monet est certes un peintre de plein air, mais il va plus loin que la simple observation et, sans cesse, il se pose des questions sur son art : quelle est l'essence de la peinture de paysages? Comment la réaliser? Comment faire un tableau qui soit à la fois descriptif et expressif ?
Les réponses définitives sont venues pendant les vacances de 1880 sur la côte normande : rivages et falaises vont donner de la force à ses œuvres des quatre années suivantes : devant ces falaises, il réinvente son art pour une plus grande liberté de création.

 .

The Sainte Adresse cottages in Le Havre where Monet often came to stay at his aunt's (left).
Right) Juliette cottage at Pourville where Monet spent several weeks' holiday.


En particulier, ses séjours à Pourville, près de Dieppe lui procurent tous les sujets qu'il souhaite : falaises, filets de pêche, église et surtout, la mer. C'est là qu'il a vraiment commencé ces séries qui allaient le rendre si célèbre, peignant le même sujet à des heures et dans des conditions météorologiques diverses.

Voici quelques uns des tableaux qui constituent une série peinte plus tard (1896) : les falaises de Pourville.
. Sunset effect at Pourville , 1896 - Museum of Vernon (Click to enlarge)

Pourville - Cliffs
1896

Cliff at Pourville

Falaise at Pourville in the morning - Museum of Montréal

 

Quand on parle de la Normandie on pense souvent à son climat changeant, doux mais réputé si humide, à ses nuages et à ses brumes.
Le ciel normand se caractérise par sa mobilité : les vents de noroit y poussent les nuages qui naissent, passent ou s'effilochent en ombrant la Seine. Il est aussi tout en nuances d'un jour à l'autre et même d'une heure à l'autre, pâle, laiteux, dense, cendreux, sombre ou ouaté... Un soleil intense peut darder ses rayons ou bien disparaître dans la brume ou le brouillard. Autant de nuances que Monet a cherché à saisir.



The Seine near Vétheuil, Storm, 1878
Private collection


Two anglers, 1882 -Private collection



The cliffs at Petites Dalles, 1880 -Museum of Fine Arts -USA


Les tableaux de Monet sont donc marqués par un air venu de la côte normande. Bleu des cieux, blanc laiteux ou gris cendré des nuages, mouvements du vent, tout est suggéré sur la toile par la juxtaposition subtile des couleurs. Plus tard, le maître sera aussi fasciné par le brouillard que ce soit celui de la Tamise à Londres, ou celui des série des brouillards sur la Seine avec les mouvements et les reflets qui deviennent ainsi, à eux seuls, des motifs répétés de nombreuses fois.




The Houses of Parliament , 1904 - Museum of Fine Arts, St. Petersburg, USA (Click to enlarge)


Arm of the Seine near Giverny - Fog, 1897 - North Carolina Museum of Art (Click to enlarge)


Arm of the Seine near Giverny - Fog, 1897 - Private collection (Click to enlarge)

Les tableaux ci-dessous, extraits d'une série de huit peinte en 1894, montrant Vernon et la Seine, illustrent bien comment Monet jouait avec le ciel et l'eau.


The church at Vernon - Sun
(Click to enlarge)

The church at Vernon - Fog - Collection Rosengart, Lucerne (Click to enlarge)

The church at Vernon - Grey weather - Private collection (Click to enlarge)

The church at Vernon - Fog - Shelburne Museum, USA (Click to enlarge)


Et puis il y a le vent bruissant dans les peupliers qui lui a inspiré les touches légères de nombreux tableaux peints sur les bords de l'Epte…


opposite : The Epte valley in Giverny, 1889

below, on the left: Three trees in summer, 1891 - National Museum of Western Art, Tokyo

below, on the right : Poplars, white and yellow effect, 1891 - Philadelphia Museum of Art




Ainsi on retrouve tout au long de son œuvre le leitmotiv de l'eau et de la lumière saisies sous toutes leurs formes au cours des séances de peinture en plein air. Depuis l'époque où il peignait au fil de la Seine les paysages des environs d'Argenteuil, il n'a cessé d'être fasciné par les jeux de miroir, les ombres colorées, les reflets, les lueurs, les irisations et les frissons de l'onde, et il les a déclinés magistralement dans toutes ses compositions.


The water lily pool, harmony in green - 1899 - Musée d'Orsay
The bridge over the water lily pool, Giverny - 1900 - The Art Institute of Chicago
The water lily pool, iris - 1900 - Private collection (Click to enlarge)


La contemplation du ciel qui se reflète dans l'eau a amené Monet aux frontières de l'abstraction en tournant le dos aux formes réalistes. La perspective et l'espace, si importants au maître quelques années plus tôt, disparaissent de ses tableaux. Il cesse de regarder le pont japonais, les fleurs et les plantes et s'immerge dans la contemplation de l'eau qui sert de miroir au ciel.

Mais c'est toujours le ciel normand, changeant et mobile, qui est reflété dans le bassin aux nymphéas dont la surface changeante peut varier du violet au bleu lavande...

 

 

Water lilies, 1908 - Museum of Vernon
(Click to enlarge)

   
... C'est aussi la lumière dorée du soleil que Monet voit sur l'étang : un reflet jaune orangé court sur l'eau au milieu des reflets sombres des arbres.

 

 


Water lilies, 1907 - Mr Reruo Akai, Dainichi Co, Ltd (Click to enlarge)

Les formes et l'espace, si importants dans les premières années de son œuvre, disparaissent des toiles. Monet finit par opérer une véritable transmutation des couleurs et des éléments pour que le ciel, la terre, l'eau et la végétation s'interpénètrent dans des compositions proches de l'abstraction. Lors de l'exposition de Boston et de Londres de 1899, intitulée Monet au XXème siècle, les organisateurs voyaient en lui "un pulvérisateur de formes" qui exploite une impression visuelle pour donner une vision abstraite, ce qui fait de Monet, avec Cézanne, un des pères fondateurs de la peinture moderne et de la poétique de notre temps.


Le bassin aux nymphéas, 1917 - 1919 - Museum of Modern Art, New York



Bibliographie et webographie

* Sur les pas des Impressionistes, Sophie Monneret, (éditions de la Martinière, 1997)

* Monet / Nymphéas, Christian Geelhaar (éditions Seghers, 1988)

* Claude Monet : « Vous me bombardez d’un monstrueux caillou de lumière... », Marie-Annick Sékaly
http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/claude_monet___vous_me_bombardez_d_un_monstrueux_caillou_
de_lumiere_.asp


* Monet's Long, Luminous Journey to the Edge of Abstraction, by Souren Melikian - International Herald Tribune
http://www.iht.com/articles/1999/07/17/monet.t.php

* Exploitation en interdisciplinarité de l’oeuvre de Monet, à Giverny par Marie-Rose Faure, DEFPAR / Institut de France
http://www.ac-rouen.fr/pedagogie/equipes/monet/plan.htm



D'autres pages sur le jardin de Claude Monet, sa vie, son oeuvre et sur Giverny :

La genèse du jardin de Claude Monet
Giverny, espace de métissage
Monet et les villageois
Liste des fleurs et plantes
Calendrier de floraison
Giverny: une colonie américaine : l'histoire des artistes venus à Giverny à la suite de Monet

Plus 'éxotique' et plus inattendu:
Giverny au pays de l'Oncle Sam: Old Lyme et Cos Cob
Giverny au pays du Soleil Levant: Kitagawa

Et pour finir la journée à Giverny, une petite badade dans les collines de Giverny