Vernon Giverny website in English

Please click on the flag
La collégiale de Vernon
Un dossier complet consacré à ce monument remarquable
Cliquer sur la photo pour y accéder

Documents à télécharger
Cliquer sur l'icône pour y accéder
Les maisons à pans de bois
Un dossier complet consacré au riche patrimoine de notre ville
Cliquer sur la photo pour y accéder
 
Vernon Giverny Website auf deutsch
Bitte, auf die Fahne clicken
 

Passer la souris sur les photos et les icônes pour obtenir des informations complémentaires
Le vieux moulin de Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
La fondation Monet à Giverny
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
La tour des archives à Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Des visites, oui, mais il y a bien autre chose a faire à Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Balades et randonnées autour de Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Les musées de Vernon et Giverny
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Une balade dans les rues de Giverny
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Le bassin des nymphéas à Giverny
Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Le château des Toutelles à Vernon
Cliquer sur la photo pour l'agrandir



 

Le centre historique de Vernon


 
      Circuit du  CENTRE HISTORIQUE  - TELECHARGER ICI
( Format PDF)




" C'est une petite ville située aux confins du Beauvaisis et de la Normandie, dans l'ancien pays du Vexin. La Seine, bordée de saules et de peupliers, coule à ses pieds; des bois la couronnent. C'est une petite ville dont les toits d'ardoise bleuissent au soleil, dominés par une tour ronde et par les trois clochers de la vieille collégiale. La petite ville fut longtemps guerrière et forte. Mais elle a dénoué sa ceinture de pierre, et voici qu'aujourd'hui, silencieuse et tranquille, elle se repose en paix de ses antiques travaux. C'est une petite ville de France; les ombres de nos pères hantent encore ses murailles grises et ses avenues de tilleuls taillés en arceaux; elle est pleine de souvenirs. Elle est vénérable et douce."

             C'est ainsi qu' Anatole France évoquait Vernon en 1899 dans l'introduction de " Pierre Nozière. "

                                                  

Depuis lors, hélas, la ville a été gravement touchée par les bombardements de 1940 et 1944, mais elle est parvenue à traverser le 20ème siècle en prospérant et en gardant intacte une large part de son patrimoine.
Nous vous proposons de parcourir ses rues pour évoquer son histoire et goûter un peu de son atmosphère d'autrefois.

On peut commencer la visite  sur la place de l'Hôtel de Ville, face à  la Collégiale Notre-Dame et une merveilleuse maison ancienne.
Nous sommes juste à la limite des quartiers anciens et des zones détruites en 1940 - 44.


                                                  
La Collégiale, bâtie entre le 11ème siècle et le début du 17ème , est représentative du style roman et des diverses périodes gothiques. Sa façade est particulièrement élégante avec ses deux tourelles et sa rosace de style gothique flamboyant, qui montre un dessin extrêmement rare.

L'intérieur est aussi original avec sa haute nef claire qui conduit au chœur très ancien, bas et sombre et propice au recueillement. Les vitraux d'origine, presque tous pulvérisés lors des bombardements, ont cédé la place à des vitraux récents de grande qualité et de haut intérêt artistique.

Plusieurs oeuvres d'art  retiennent l'attention, en particulier la statue en bois  doré de la Vierge (fin XIIIè siècle)  tout au fond sa l'église (chapelle de la Vierge) et l'ébénisterie de l'orgue du début du XVIIè siècle.

(Une visite détaillée de cette Collégiale se trouve ici.  Il existe aussi  une visite virtuelle rapide :  cliquer ici. )

Le quartier ancien de la Collégiale

Il est formé des  deux rues anciennes épargnées par les bombes, la rue du Chapitre et la rue Saint Sauveur qui ont gardé leurs pittoresques maisons à colombages et leurs pavés rustiques. Une troisième rue, rue Bourbon Penthièvre , se trouve à l'arrière de l'église.

A l'angle de la Collégiale, la maison dite 'du Temps Jadis' (qui abrite aujourd'hui l'Office de Tourisme), datée de 1450 - 1460, montre deux étages à encorbellement surmontés d'un comble. Sur le poteau d'angle, une 'Annonciation' est sculptée dans le bois.

(Vernon conserve un important patrimoine de maisons à pans de bois. Visite détaillée ici)


 La rue du Chapitre ( sur le flanc sud de l'église)  abrite  une maison ancienne, une de celles où logeaient les chanoines qui desservaient l'église.

Derrière l'église,
la rue Bourbon Penthièvre, est bordée  de vieilles demeures à colombages, certaines avec des encorbellements. Admirez en particulier le N° 10, magnifiquement restaurée telle qu'elle était lors de sa construction vers 1460. En se retournant, on peut admirer la tour de la Collégiale (début XIIIè siècle, bel exemple de gothique normand) et le chevet (fin 14ème siècle).


La rue et la petite place Saint Sauveur  amènent  au   portail Nord de l'église, de style gothique flamboyant, hélas dégradé lors de la Révolution. Sur cette  place, on peut remarquer l'arrière des maisons médiévales qui semblent s'appuyer entre elles, pour éviter de s'écrouler. Avancez de quelques pas dans la ruelle  Malot ( en face du porche de l'église)   et  retournez-vous : cette rue étroite, ces maisons anciennes et l'église, au fond du décor, ne vous font-elles pas penser à certains romans de Balzac, ce chantre de la province française? Voici quelques lignes dans lesquelles il décrit Guérande, mais elles pourraient aussi bien s'appliquer à cette rue du vieux Vernon : " Les rues sont ce qu'elles étaient il y a 400 ans…Cette rue aboutit à une poterne au-dessus de laquelle croît un bouquet d'arbres. Un peintre, un poète resteront assis à savourer le silence profond qui règne sous la voûte de cette poterne où la vie de cette cité paisible n'envoie aucun bruit. […] Il est impossible de se promener là sans penser aux usages, aux mœurs des temps passés ; toutes les pierres vous en parlent… "

Hôtel de ville

Construit à la fin du XIXè siècle, cet édifice abrite un vitrail moderne illustrant le passage de Saint Louis à Vernon ( Pour des informations et des détails  sur ce vitrail et sa technique si particulière   cliquer ici )  Les armes de la ville qui figurent sur la façade intrigue le visiteur par la présence des bottes de cresson dans leur composition. En chercher la cause est un bon exercice pour le touriste, de même que découvrir à l'intérieur, sur le plafond de la salle des mariages, une Normande sous les pommiers et une autre dans les vignes. Dans les vignes ? Eh bien, oui, dans le vignoble de Vernon ! ( en savoir plus ici)
  
                                              


La rue Grande (actuellement, rue Carnot)

Apartir de la maison du  Temps Jadis (Office du tourisme), maisons à pans de bois et façades anciennes se succèdent tout au long de la rue.

Il est intéressant de comparer la  première maison, le Temps Jadis, à l'angle et les suivantes, serrées les unes contre les autres. On a ici un reste du parcellaire médiéval : dans les rues commerçantes, telle celle-ci, se pressaient d'étroites maisons avec une boutique en façade et une ou deux pièces (sombres !) à l'arrière. Ces maisons mesurent entre quatre et cinq mètres de large : en effet, au Moyen-Âge, la plus part des maisons utilisaient des poutres 'standard'  de 4 à 5 m de long, que fournissaient les chênes vieux d'une centaine d'années. Par contre, dans les carrefours importants et les endroits de prestige (ici le parvis de l'église) s'installaient de riches marchands dans de superbes maisons, telle celle qui subsiste ici. (On verra plus tard la maison d'un autre gros marchand, celle qui abrite le musée actuellement, elle aussi située à un carrefour important, celui de la rue principale et de la rue de l'ancien pont.)

Quelques pas encore et on passe devant la rue de la Boucherie.
Le nom 'rue de la Boucherie' rappelle qu'au Moyen-âge les bouchers étaient regroupés dans cette rue. On remarquera le pavage avec la rigole du caniveau qui court en son milieu. Vous connaissez certainement l'expression 'tenir le haut du pavé' ? Son origine se trouve dans l'aspect de ces rues médiévales où les gens 'de qualité' prenaient soin de marcher près des murs des maisons, c'est-à-dire sur la partie la plus haute du pavage, laissant le centre de la rue aux petites gens qui devaient ainsi patauger dans la fange du caniveau, dans les "mares et les bouillons", comme on disait alors.

La plus étroite des deux maisons à colombages, à l'angle des deux voies, était, pendant la guerre de Cent Ans, l'auberge des " Trois Signots " tenue par un couple d'anglais.  Etonnnant de se dire que des sujets de sa Gracieuse Majesté vivaient là il y a  600  ans. Mais gageons que leur clientèle principale devait se composer des soldats de la garnison anglaise du château ! De l'autre côté de la rue, le N° 45  portait l'enseigne de " l'Ecu de France ". C'était l'auberge des gens chics et fortunés au XVIIè siècle.
Nota : les visiteurs qui sont allés voir le Château des Tourelles et le site du Vieux Moulin, ou qui ont l'intention d'y aller, remarqueront la pancarte située au dessus de la porte cochère, qui indique l'emplacement où l'on tenta de pendre le meunier Planter, en octobre 1789.


La rue Carnot, jadis nommée rue Grande, est l'ancienne route Paris - Rouen : c'était donc l'artère principale de la ville. Elle était bordée de nombreuses auberges, près d'une vingtaine, car Vernon était une étape de nuit pour les diligences et voitures de poste entre Paris et Rouen. L'arrivée du chemin de fer en 1843 a , bien entendu,  signifié la fin de ces auberges!

      
L'ancien château médiéval  

Accès  par  la rue d'Albuféra, une des principales de Vernon, qui descend vers le pont et la Seine. Elle  porte le nom du maire qui l'a fait percer pendant le Second Empire. C'était le fils de Gabriel Suchet, Maréchal d'Empire, fait Duc d'Albufera par Napoléon 1er .



De la rue d'Albuféra, on tourne au coin d'un antiquaire et on avance de quelques pas à travers la grille. On débouche sur une vaste esplanade avec, à gauche, l'Espace culturel Philippe Auguste, inauguré en 1992 qui abrite une médiathèque, un conservatoire de musique et de théâtre, des salles de spectacle et d'exposition.

 L'ensemble a été baptisé Philippe  Auguste car  il est   une figure importante de Vernon puisque c'est lui qui a conquis la ville en 1196 sur le Duc de Normandie également Roi d'Angleterre, et l'a rattachée au royaume de France. Le château, dans la cour duquel nous sommes,  l'ancien pont et le château des Tourelles sur l'autre rive de la Seine sont les restes du dispositif militaire construit par le roi de France pour assurer la défense de la ville et des territoires avoisinants nouvellement conquis.
(Note : les visiteurs qui se rendent au Château Gaillard, aux Andelys, peuvent y voir le dispositif adverse, celui des Anglais, destiné à contrer la citadelle du roi de France à Vernon.)

Le château fut une place de guerre et une  résidence royale jusqu'au XVIè siècle, puis, sans intérêt militaire et laissé sans entretien, il tomba en ruine. Seuls subsistent quelques mètres de courtines, deux moignons de tours et le donjon (appelé la Tour des Archives),  entretenu depuis le XVIIIè siècle, puisqu'il servait alors au seigneur de Vernon à entreposer ses archives - ce qui l'a sauvé.

                                         




Une visite détaillée de l'ancien château  se trouve ici


Le quartier ancien du château  - rue Potard

Pour continuer la visite, on reviendra sur ses pas pour tourner à gauche dans rue d'Albufera qu'on descendra sur une cinquantaine de mètres, avant de prendre à nouveau à gauche dans la petite et très ancienne rue Potard. Elle est certainement antérieure au 12ème siècle et la première partie est bordée de diverses maisons à colombages. On peut clairement se rendre compte, qu'au Moyen Age, les gens de différentes classes ne vivaient pas dans des quartiers séparés. Ils coexistaient dans les mêmes rues, mais dans des maisons d'aspect bien différent ! Il suffit de comparer la qualité de la construction du N° 12, demeure d'un riche bourgeois, et celle du N°4 , au début de la rue, où devait résider un très modeste artisan. 
  (Le riche patrimoine de maisons à pans de bois de Vernon :
Visite détaillée ici )                         


Ci-dessus: Ensemble de maisons anciennes à pans de bois  
Ci-dessous : le quartioer du musée




Autour du musée Alphonse Poulain

En continuant cette rue pour tourner dans la première voie, à droite, on pourra admirer un ensemble de maisons anciennes, allant du 15ème siècle (celle du carrefour, avec son poteau sculpté, encore 'une Annonciation'; encore un riche commerçant installé dans un des carrefours principaux de la ville) au 18ème siècle (les maisons plus à gauche, sur de jolis soubassements de pierre avec des fenêtres parées de fer forgé). En traversant la rue (c'est encore la rue Carnot) et en avançant de dix mètres, on se trouve, à gauche, devant la façade du musée de Vernon installé dans la maison à colombages qui fait l'angle, et la construction qui la jouxte, jadis hôtel particulier des Le Moine de Bellisle, au 18ème siècle.
N'oubliez pas non plus de jeter un coup d'oeil en arrière pour voir la tour desArchives dominant un bel ensemble à pans de bois.

Visiter  le musée de Vernon semble alors tout indiqué ! Ouvert depuis 1983, il est un des rares en France à s'être spécialisé dans l'art animalier. Il présente aussi en permanence de nombreux dessins de Stenlein et possède une belle collection d'œuvres des peintres de Giverny et de Vernon avec, en particuli,er, des tableaux originaux des peintres de Giverny, Butler Mac Monnies, Blanche Hoschédé Monet et surtout Claude Monet et  Pierre Bonnard.
                                    


Ci-dessus : La cour du musée
  Ci-dessous :  Une oeuvre de
Fredéric Mac Monnies dans la cour

Les bords de Seine
(Accès  en contournant l'église et en continuant à descendre la rue Bourbon Penthièvre à l'arrière. Traverser la route nationale, attention, circulation importante, danger.
Parvenu en bord de Seine, à droite, s'élève une grande maison bourgeoise, le pavillon du Duc de Penthièvre (dernier seigneur de Vernon), un hôtel particulier du 18ème siècle. C'est ici que le Duc, propriétaire du château de Bizy, venait fréquemment passer quelques heures pour participer à la gestion de la ville.  Cette maison a aussi failli avoir un autre habitant célèbre: Claude Monet arrivant à vernon aurait voulu s'y installer, mais manquait de fonds pour l'acheter. C'est  ainsi qu'il alla à Giverny !
De cet endroit, on a une belle vue sur la rive droite de la Seine dominée par le collines.



Sous les arbres deux petits monuments rappellent les heures terribles d'août 1944 et le sacrifice des soldats anglais pour la libération de notre ville. C'est ici, en effet, que, sous les ordres du général Montgomery, les troupes anglaises franchirent la Seine (voir les pages consacrées à cet épisode) en lançant les premiers ponts flottants pour pouvoir remonter vers le nord de la France et poursuivre la lutte.



Pour visiter le centre de Vernon, vous pouvez télécharger le document ci-desous ( plan et explications)
       Circuit du  CENTRE HISTORIQUE  - TELECHARGER ICI
( Format PDF)
Une grande partie des sites à visiter peut aussi se découvrir à partir du Circuit des tilleuls, qui ne laisse de côté que la Collégiale, l'Hôtel de ville et  la rue Carnot, mais qui permet aussi de découvrir d'autres  sites pas moins intéressants.