MONTAGE


Page d'accueil
Photothèque
Généralités
Localisation à Vernon
Ossature
Bois courts et bois longs
Encorbellements
Le bois comme matériau
Hourdis
Montage de l'ensemble
Le décor
Toitures et fenêtres
Plans et dimensions
La maison dans la ville médiévale
Pans de bois couverts et redécouverts
Essai de datation
Liens, bibliographie et remerciements
Webmestre - . Contact

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Assemblage

Les bois sont assemblés à tenons et à mortaises chevillés et à queue d'aronde. Dans le cas des maisons sans encorbellements on crée des sablières aussi longues que possible, en mettant bout à bout des poutres horizontales (deux ou plus s'il le faut) assemblées ensemble par un "trait de Jupiter" . Il est ainsi nommé en raison de sa forme qui évoque les éclairs, un des attributs de Jupiter.

Pas un clou ni une vis rendent l'ensemble (assez) facilement démontable. D'ailleurs on a de nombreux exemples d'anciens bâtiments agricoles de Normandie qui sont vendus, démontés, restaurés et remontés quelques kilomètres plus loin pour servir de résidences principales ou secondaires. Les services alsaciens du fisc, jusqu'à une époque récente, considéraient les maisons à pas de bois comme des 'meubles', et non pas des immeubles c.a.d. des objets 'mobiles' et non pas 'immobiles' ( les deux séries de mots ont la même origine ) qu'on peut emporter avec soi quand on déméménage.

On peut encore citer un exemple plus ancien mais local: un certain Batiglini, qui résidait à Vernon à la fin du XIXème siècle possédait également une maison à pan de bois à Evreux. Il a l'a fait démonter, transporter et remonter à Vernon où elle existe toujours dans l'Avenue de Paris.


Outillage

Le charpentier médiéval
disposait des mêmes outils qu'il y a encore quelques décennies, avant l'apparition de l'outillage motorisé (scies, haches, doloirs, ciseaux, planes, tarières, matériel de traçage classique).

 

Main d'oeuvre

Le travail de charpente représentait plus de 70 % des frais de construction de la maison. On peut tenter une estimation de la main d'oeuvre nécessaire:

- mise en place d'une 1 poutre : 2 hommes;
- érection d'un cadre : 6 à 10 hommes. Construire une maison à pans de bois demandait donc une main d'oeuvre abondante pendant plusieurs semaines.
Pour le Sieur de Gouville vers 1505, on mobilisa " les maçons et charpentiers et tous les servants de céans ", en tout 25 à 30 personnes " Sur les 2 heures de l'après-midi on commença à lever les poutres et bois. Il était nuit quand on acheva. "

Montage de l'ossature

1 - Fabrication des bois en atelier : coupe, préparation des assemblages, tenons, mortaises, essais d'assemblage, etc.
2 - Numérotation (indispensable) de chaque pièce - Montage de l'ensemble au sol, à plat en atelier pour tout vérifier.

3 -Pose des pierres de coin, en grès ou en calcaire non gélif. Une grosse pierre est enfoncée dans le sol sous chaque poteau, cornier, d'huisserie ou intermédiaire : ce sont sur ces pierres qu'on va élever l'ossature. (Il n'y a aucune autre fondation et ce qui explique que ces maisons sont souvent affaissées d'un côté).

Musée, XVème siècle, rue Carnot

4 -Montage final:
L'ensemble des pièces est monté d'avance sur place à même le sol par le maître d'œuvre si l'espace le permet ou dans un terrain proche assez grand, un cimetière au besoin, puis il est 'levé' en bloc tout monté avec un engin à potence, cordes, treuil et poulies.

Si la surface disponible est trop restreinte, on n'assemble qu'un étage, on le met en place et et recommence pour les étages suivants. Voici donc une autre raison pour expliquer le développement de l'emploi de bois courts ( en plus des problèmes d'approvisionnement en bois longs)
Naturellement, de nos jours, avec les moyens de levage modernes, le montage définitif se fait en atelier et la structure est apportée toute montée.


Mise en place de l'ossature de la façade du 1er étage lors de la restauration d'une maison rue Bourbon Penthièvre

5 - C'est seulement à ce stade que l'on construit le solin = soubassement en pierre de 50 / 80 cm de hauteur. Ce solin n'a aucun rôle porteur, son but est d'empêcher l'humidité de remonter. L'assemblage de matériaux du muret ne doit rien au hasard ou à la fantaisie mais à une connaissance profonde des coupures nécessaires à la lutte contre les remontées d'humidité.

XVème - XVIème siècle, rue du Grévarin
On voit également les pierres qui portent le poteau cornier

 

L'ossature à colombage est dressée au printemps, la toiture se place à l'été, ainsi que le remplissage des marelles ( les 'vides' entre les colombes). À l'automne, la maison se trouve sous toit, de sorte que l'aménagement intérieur peut se prolonger tranquillement au cours de l'hiver.