LOCALISATION A VERNON


Page d'accueil
Photothèque
Généralités
Localisation à Vernon
Ossature
Bois courts et bois longs
Encorbellements
Le bois comme matériau
Hourdis
Montage de l'ensemble
Le décor
Toitures et fenêtres
Plans et dimensions
La maison dans la ville médiévale
Pans de bois couverts et redécouverts
Essai de datation
Liens, bibliographie et remerciements
Webmestre - Contact

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme dans la plupart des villes françaises, une infime partie du patrimoine des siècles passés a survécu à Vernon. Cependant, le service des Monuments Historiques a récemment relevé 233 maisons comportant encore des pans de bois, soit sur le logis, soit sur les dépendances, chiffre qui, convenons-en, n'est pas mince.

Oui,très bien, mais où se trouve Vernon?
Vernon, ville de 25.000 habitants actuellement et qui n'en comptait guère plus de 2.000 au XVème siècle, est situé en Normandie, à la limite de l'Ile de France, dans la vallée de la Seine à une cinquantaine de kilomètres à l'est de Rouen. Comme il est facile de le comprendre, cette ville, capitale de la Normandie, a joué un rôle majeur dans la diffusion des styles, des modes et des techniques dans la province et cette influence (concernant l'habitat, dans le cas qui nous concerne) a été particulièrement sensible dans toute la vallée de la Seine - à cause des facilités de transport qu'offraient le fleuve.


Autour de la ville, dans les anciens faubourgs et villages de Gamilly, Bizy et Vernonnet, se trouvaient essentiellement des logements d' ouvriers agricoles ou de métayers et des fermes, souvent composées de plusieurs bâtiments répartis autour de la cour, l'un d' eux aligné sur la rue, soit par le mur pignon, soit par le mur gouttereau. Elles sont aujourd' hui transformées en maisons d' habitation, principales ou secondaires. C'est ainsi que les maisons à pans de bois dans les rues du quartier du Moussel étaient, pour la plupart, celles de petits vignerons dont les parcelles s'étendaient sur les pentes entre ce quartier et l'orée de la forêt.

Toutes ces constructions - largement à pans de bois mais souvent construites de bric et de broc- ont été transformées au point d' être parfois difficilement lisibles aujourd' hui.

Juste à l'extérieur de l'ancienne enceinte, près de la route de Paris, on trouve le quartier de Gamilly et - à l'intérieur de celui-ci- le Grévarin , ou Grès-Varin, l'un des anciens fiefs les plus importants de Gamilly. On y voit encore quelques restes du passé, des maisons, l'ancien Manoir du Grévarin, l'auberge des 3 Brocs Couronnés - qui avait encore fière allure il y a une cinquantaine d'années maisqui est bien mutilée aujourd'hui. On trouvait aussi l'auberge des 3 Maillets, qui datait de Louis XIII comme la précédente mais qui a disparu il y a une soixantaine d'années.


Maison XVème / XVIème, quartier du Grévarin


Auberge des 3 Brocs couronnés - Aquarelle d'Alphonse Poulain
(cliquer pour agrandir)

Le centre intra muros se caractérise par quelques rues où le parcellaire médiéval est encore lisible : parcelles traversantes, maisons étroites, pan de bois, cour intérieure.


Plan du centre ville indiquant les quartiers qui possèdent encore des maisons à pans de bois.
Fond de carte: cadastre de 1820 (Cliquer pour agrandir le plan)

Les maisons à pans de bois du centre ville ont souffert à trois périodes de l'histoire : au milieu du 19ème siècle avec le percement de la rue d'Albuféra, une des rues principales d'aujourd'hui et l'essor économique du XIXème siècle qui a poussé de nombreux propriétaires à 'moderniser' leur habitation.1940 et 1944 sont deux autres dates terriblement néfastes pour l'habitat ancien.

Destructions et ruines.
Sauf des murs appartenant à une ou deux maisons bâties en pierre, il ne reste rien de l'habitat antérieur à 1346, date de la la prise, du sac et de l'incendie de la ville par les troupes d'Edward III d'Angleterre. Par la suite les archives parlent de destructions diverses mais sans ampleur majeure, semble-t-il. Par contre, le souvenir de la guerre de 1939 - 45 est encore douloureux et visible dans le bâti de la ville: bombardements de juin 1940, qui ont totalement détruit toute la partie sud / sud-est du centre ville, avec des bombes incendiaires dont on imagine l'effet sur des maisons largement en bois; bombardements de mai et juin 1944 qui ont atteint les quartiers proches de la Seine; combats d'août 1944 pour le franchissement du fleuve par les Alliés, qui ont terminé l'anéantissement total de ces quartiers historiques.
Au total, 30% des logements de la ville ont été détuits, la plus grande partie de ces destructions ayant affecté le centre ville, détruit à plus de 70%.


Que de dommages irréparables et l'on se prend à rêver à ce que devait être l'ancien Vernon en lisant les pages écrites par Alphonse Poulain dans lesquelles il décrivait des maisons pansues, des piliers de pierre, des consoles et des sommiers débordants étayés par de volumineux pigeâtres, que sais-je encore....


Le centre ville compte toutefois encore 9 maisons à encorbellement du 15e siècle. Les maisons les plus anciennes datent peut-être de la seconde moitié du 14ème siècle mais plus certainement du 15e siècle, 10 maisons du 16ème siècle, une quarantaine des17ème et 18èmes siècles.