GENERALITES


Page d'accueil
Photothèque
Généralités
Localisation à Vernon
Ossature
Bois courts et bois longs
Encorbellements
Le bois comme matériau
Hourdis
Montage de l'ensemble
Le décor
Toitures et fenêtres
Plans et dimensions
La maison dans la ville médiévale
Pans de bois couverts et redécouverts
Essai de datation
Liens, bibliographie et remerciements
Webmestre. Contact



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le bois est un matériau si courant que l'homme a très tôt appris à le travailler et le mobilier des premières dynasties d'Egypte montre que, malgré leur outillage rudimentaire, les artisans d'il y a plusieurs millénaires possédaient déjà un savoir-faire évolué leur permetttant de réaliser des assemblages à tenons et mortaises, à "tourillons", ou à "queue d'aronde" (qu'on appelle aussi "queue d'hironde").

Si l'on passe au domaine de la construction dans le monde romain, l'"opus craticium", mot que l'on traduit par 'colombage' , étaient un mode de construction courant pour les habitations et les bâtiments profanes, comme le montrent les fouilles de Pompeï et de d'Herculanum. Comme l'expliquait Vitruve le premier à nous apporter des éclaircissements sur l'art des charpentiers romains, le colombage consistait en un quadrillage de bois perpendiculaires rempli par de la maçonnerie.

 

Le travail du bois en Gaule était une spécialité nationale (ce qui est bien naturel puisqu'on parle de la 'Gaule chevelue', c.a.d. couverte de forêts) et on bâtissait alors des maisons avec une ossature en bois, formées de poteaux aux angles. Le corps des murs était fait d'un clayonnage de bois parfois recouvert d'un enduit. On s'aperçoit t que ces bâtisseurs isolaient très souvent le bois du sol par des murets de soubassement en maçonnerie pour éviter ainsi le pourrissement trop rapide des matériaux.

Les fouilles archéologiques du bâti du haut Moyen Age - comme celui de l'époque gauloise - ont montré que la maison à pans de bois et torchis avec soubassement en pierre (solin) fait partie d’une famille de maisons rurales qui existaient depuis le néolithique dans toute l’Europe du Nord-Ouest. Les bâtiments avaient rarement plus de six mètres de large (car c'est la portée maximale d'une poutre) pour une dizaine de mètres de long. Toutefois, l’absence de sources concernant le Haut Moyen Age français et les lacunes de l’archéologie médiévale empêchent d’établir une filiation claire entre les modèles des différentes époques.

Néanmoins, peu à peu, on a vu la technique de construction de ces maisons gagner en solidité et s'affiner - en particulier par l'emploi de sablières ( c.a.d. de poutres horizontales sur laquelle s'appuient les parois), si bien qu'il est donc permis de penser que dès le XIIIème siècle les maisons de notre province normande étaient fondamentalement assez semblables à celles qu'on retrouve dans nos campagnes de nos jours.


Corporations

Au Moyen-âge, la plus grande partie de du travail de construction était réalisé par des charpentiers. alors que de nos jours ce terme ne désigne plus que les ouvriers qui réalisent la charpente de la toiture. En France, le terme de charpentier (du latin carpentarius - "charron", mais attesté très tôt dans le sens actuel) qualifia, jusqu'au XIIIème siècle, tous les ouvriers spécialistes du bois. Les charpentiers de la grande cognée produisaient les pièces de charpente, les constructions à pans de bois et les planchers tandis que les charpentiers de la petite cognée (aussi appelés huchiers et le coffretiers) exécutaient des ensembles plus petits tels que les coffres, les bancs.

Armoiries de la corporation des charpentiers de Vernon d'après l'Armorial général de Novembre 1696

"de sable à une hache d'argent et une équerre de même posée en sautoir"

Jusqu'au XVI°s, le charpentier est l'artisan le plus important dans tous les domaines de la construction civile. Il s'occupe de l'abattage des bois d'oeuvre, il édifie des maisons qui lui doivent tout, les pans, les cloisons, les plafonds, planchers, les portes et fenêtres, la charpente, les lucarnes sans oublier les escaliers. En même temps, il transforme les anciennes et les répare.

Au XVIIème siècle les modification apportées au statut de ces charpentiers leur a interdit d'appliquer des décors. Cela a entraîné un relief plus plat des pans de bois, donc un peu monotone, avec de rares moulures et des lucarnes devenues de simples linteaux cintrés ou des croupes saillantes.


Charpentiers au travail - Planche de l'Encylopédie de Diderot


L'outillage n'a guère évolué au cours des siècles. C'est à peu de choses près celui qu'utilisaient encore les charpentiers juste avant l'apparition des outils mécanisés actuels. Le charpentier médiéval disposait donc des mêmes outils qu'il y a moins d'un siècle (scies, haches, doloirs, ciseaux, planes, tarières, matériel de traçage classique).

Outils de charpentier - Planche de l'Encylopédie de Diderot


* * * *

En ce qui concerne les maisons à pans de bois, on note que toutes celles situées sur la Seine ou proche de celle-ci entre Rouen et la frontière avec l'Ile de France - c'est à dire Vernon - ont des caractères communs qui en font un groupe assez homogène et nettement différencié de l'habitat du nord-est de la Normandie (Pays de Caux, Pays de Bray) et plus encore des maisons de l'ouest du département de l'Eure qui dépendent de la sphère d'influence du Calvados ou de l'Orne, c'est à dire de la Basse Normandie.