ESSAI DE DATATION


Page d'accueil
Photothèque
Généralités
Localisation à Vernon
Ossature
Bois courts et bois longs
Encorbellements
Le bois comme matériau
Hourdis
Montage de l'ensemble
Le décor
Toitures et fenêtres
Plans et dimensions
La maison dans la ville médiévale
Pans de bois couverts et redécouverts
Essai de datation
Liens, bibliographie et remerciements
Webmestre. Contact

 




 

 


Sur tout le territoire de la France, et en particulier à Vernon, la fin de la guerre de Cent Ans, vers 1450, a stimulé la prospérité et, par là même, la construction: on a rouvert les chantiers des églises - la nef de la Collégiale Notre-Dame date largement de la seconde moitié du XVème siècle - et on a reconstruit les habitations endommagées ou détruites lors des conflits et des occupations successives de la ville.

C'est un élan qui a duré un demi-siècle si bien que beaucoup de nos maisons à pans de bois datent de cette époque. Puis, la construction en bois a a lentement disparu de la ville, même si on le retrouve encore dans quelques habitations jusqu'au milieu du XIXème siècle.

A partir de 1550 approximativement, on a aussi commencé à éliminer les fermes dépassantes et les encorbellements. Les toitures ont été totalement modifiées tant que par le remplacement des pignons par les gouttereauxque par l'adoption des combles à surcroît . De larges fenêtres ont été ouvertes dans les façades, les bois ont été cachés sous des enduits plâtrés, quand on n'a pas tout simplement dressé une façade de pierre ou de brique pour masquer les 'vieilleries' en bois.

.
Tout ceci explique que très peu de maisons ont leur aspect d'origine. Plus les maisons sont anciennes, plus elles sont difficiles à dater ayant été souvent modifiées.

A ces difficultés pour dater les maisons, s'ajoutent aussi:

La quasi absence des archives, du moins dans notre ville.
L'absence de recherches utilisant la dendrochronologie (datation de l'abattage de l'arbre). La constitution d'un référentiel demande plusieurs années de travail, coûte cher et reste à faire. De plus, il y a eu tellement de ré-emplois de bois anciens que cette technique donne parfois des résultats qui semblent aberrants.
L'absence de l'archéologie. Elle fournit des dates moins précises que les deux précédentes méthodes, mais avec des informations complémentaires : objets de la vie courante, outils, restes d'activité artisanale, traces de bâtiment, etc…mais (à ma connaissance) de telles fouilles n'ont pas été faites à Vernon, ou du moins, leurs résultats sont restés entre les mains des archéologues.


Une autre difficulté pour dater les maisons de la fin du Moyen Age est que, comme nous avons déjà vu, la technique de construction n'a pas beaucoup varié entre 1400 et 1550. A Vernon, le surplomb est resté le même tout au long de la période. alors que d'autres villes, Vannes, par exemple, ont vu la technique du surplomb évoluer. Plus tard, l'évolution a été toute aussi lente et si peu différencie une maison construite en 1600 d'une autre d'un siècle plus jeune.

Seul le décor aurait pu changer. Or le décor gothique s'est prolongé longtemps jusqu'au milieu de la Renaissance et de plus, beaucoup de maisons n'ont pas de décor du tout ! Alors, comment les dater? La tâche semble presque impossible.

Enfin, il ne faut pas oublier que certaines parties des maisons ont pu être complètement transformées à des époques postérieures: les bois ont pu être changés totalement ou en partie; les toitures ont été refaites à neuf parfois plusieurs fois si bien qu'une maison en encorbellement du XVème siècle peut ainsi avoir une toiture 'à la Mansard' ou une lucarne du XVIIIème siècle!

Toutefois, certaines cactéristiques, la présence ou l'absence de tel ou tel détail permettent de suggérer une date. Mais attention, si on peut donner quelques indications générales il ne faut jamais oublier qu'elles n'ont qu'un caractère indicatif. Elles suggèrent une période de temps possible - assez large d'ailleurs - mais ne donnent aucune certitude.

Les suggestions de datation qui suivent sont très largement reprises de celles établies dans l'excellent site sur les maisons à pans de bois d'Auxerre ( http://perso.orange.fr/cnpb/SPPEF/expo.htm), site dont la visite est très conseillée.

Aspect général

- Rez de chausssée en pans de bois sur un soubassement de 50 à 80 cm de hauteur: XVème ou début du XVIème siècle (1)
- Rez de chaussée complet en pierre (moellons ou de pierre de taille) : après 1550 (2) et (3)
- En pierre avec une grosse moulure de pierre en haut : fin XVIIe siècle et XVIIIème siècle (4)
- Façade avec de grandes ouvertures : XVIIème siècle et plus (3) et (4)

(1)
(2)
(3)
(4)


Encorbellement

- Existence d'un encorbellement : du XIVe siècle (mais les maisons datant de cette époque sont rares) au XVIème siècle (l'interdiction commence dès 1525 mais elle ne sera vraiment appliquée qu'au XVIIème siècle) (5)
- Absence d'encorbellement : XVIème siècle (souvent, plus on avance dans le siècle) , XVIIe et XVIIIème siècle (voir les photos 2, 3 et 4, ci-dessus)
- L'encorbellement est sur solive : plutôt XVe siècle (6)
- L'encorbellement est en marche d'escalier : plutôt XVe siècle photo (7)
- Bois moulurés : fin XVe et XVIème siècle (8)
- Engoulants et cordes décorés : XVIe siècle (mais non représentés à Vernon)
- Pigeâtres et poutres sculptés : fin XVe siècle et début XVIème siècle (mais non représentés à Vernon)

(5)
(6)
(7)
(8)



Les pans de bois

- Rares et grandes décharges assez inclinées : XVe siècle et XVIe siècle ( 9)
- Les grandes croix de Saint-André qui font l'étage et les décharges de même hauteur
et peu inclinées : XVe siècle ( non representé à Vernon)
- Croix de Saint-André au dessus ou au dessous des fenêtres : surtout XVIe siècle (10)
- Les façades en croix de Saint-André de différentes grandeurs : XVIe siècle ( non representé à Vernon)
- Les décharges plus obliques, les écharpes plus nombreuses, plus courtes : XVIIe siècle (11)
- Décharges très obliques, en V inversé très ouvert XVIIIè siècle (12)
- Les bandes de surcroît à croix de Saint-André : XVIe siècle (13)
- Les bandes de surcroît à potelets : XVIe siècle et XVIIe siècle (14)
- Les petits bois dessinant des brins de fougère, des arêtes de poisson, des losanges : XVIIe siècle (non représenté à Vernon)
- Recherche de symétrie dans l'ensemble de la façade : XVIIe siècle (15)
- Des bois tordus, maigrichons et souvent faits pour être recouverts : XVIIIe siècle et XIXème siècle (16) )

(9)
(10)
(11)

(12)

(13)
(14)

(15)
(16)

Les fenêtres

- Les fenêtres à ouverture unique, de petite taille : XVe siècle (17)
- Les croisées : XVe siècle et XVIe siècle (18)
- Les grandes fenêtres (2 m) : XVIIe siècle et XVIIIe siècle (19)

(17)
(18)
(19)


Les toits

- A pignon sur rue, pentus et à ferme débordante: XIVe siècle jusqu'au début du XVIe siècle (plus représenté à Vernon)
- En bâtière et gouttereau pentu : XVe et XVIe siècle (20)
- En goutterot à pente adoucie : XVIIe siècle à XVIIIe siècle (21)
- Comble traditionnel : XVe siècle et XVIe siècle (22) et (9) mais on en trouve aussi bien plus tard
- Comble à surcroît : XVIe siècle , mais surtout XVIIe siècle et XVIIIe siècle (23) et (2) (3) (12) (13 (14)
- Comble brisé, à la Mansard : XVIIIe siècle (24)

(20)
(21)

(22)
(23)
(24)

Les lucarnes

- Lucarnes à bâtière, Demoiselle : XVe siècle et XVIe siècle (25)
- Lucarnes à croupe, Capucine : XVIe siècle et XVIIe siècle (26)
- Lucarnes à croupe simple avec chapeau bombé: XVIIè et XVIIIè siècle (27)

(25)
(26)
(27)