BOIS COURTS et BOIS LONGS


Page d'accueil
Photothèque
Généralités
Localisation à Vernon
Ossature
Bois courts et bois longs
Encorbellements
Le bois comme matériau
Montage de l'ensemble
Hourdis
Le décor
Toitures et fenêtres
Plans et dimensions
La maison dans la ville médiévale
Pans de bois couverts et redécouverts
Essai de datation
Liens, bibliographie et remerciements
Webmestre - . Contact

 

 

 



 

 

 

Technique dite des' longs poteaux' ou des' bois longs'

Pendant tout le XIVème siècle on a utilisé majoritairement la technique dite des bois longs: la structure des édifices à pans de bois était composée de poteaux corniers et médians de fort équarrissage (jusqu'à 50 cm de côté) allant d'une seule traite du sol au comble en traversant les étages (donc sur 2 ou 3 étages), les poutres horizontales étant emmanchées sur ces axes verticaux à chaque étage.

Ce procédé a certains inconvénients :
Lourdeur des bois et, partant, une mise en oeuvre difficile;
Assemblage problématique des sablières :

* celles -ci sont obligatoirement courtes, donc l'ensemble de la ceinture horizontale, constituéee d'une série d'éléments courts mis bout à bout, manque de rigidité;
* les sablières portent uniquement sur les tenons des extrémités, c.a.d. sur quelques cm² , ce qui réprésente une faiblesse pour des poutres devant supporter de lourdes charges. (Cliquer pour agrandir le schéma);

Nécéssité de particulièrement bien stabiliser l'ensemble pour éviter le roulementet la déformation;
La construction avec des bois longs est peu adaptée à la ville où les ruelles sont étroites (voir ci-dessous);
Raréfaction dès le XIIIème siècle des bois de grande longueur, ce qui conduira à leur abandon progressif. Ils sont rares dès avant 1450 et exceptionnels ensuite;
Prix élevé des bois longs de bonne qualité.
Toutefois, à Lisieux, on a continué à utiliser de temps à autres les bois longs jusqu'au XVIIème siècle car la forêt de Rathoin a longtemps fourni des bois énormes de 10 / 11 mètres de long et d'une et section minimum de 0,30*0,30m.

En raison de ces difficultés, les bois courts sont devenus la règle dès le début du XVème siècle d'autant plus que seuls les bois courts permettaient de créer les encorbellements tant à la mode à partir de 1400.

A Vernon il n'existe plus de maisons construites en bois longs. La guerre de 1939 - 45 a détruit les dernières qui se trouvaient 22 rue Carnot, rue de la Boucherie, 10 rue Gloriette, et au Carrefour des 3 Brocs.

 

 

 

 

Château de Grandchamp (Calvados). On remarque les longs poteaux de forte section, en particulier celui à l'angle, qui montent sur 3 niveaux.

 

En plus de l'effet "mode" des encorbellements, qui est fondamental, il y a des raisons propres qui poussent à l'emploi des bois courts:

Avec des bois courts, la distorsion, la déformation est plus limitée qu'avec des bois longs,

La surexploitation des forêts:
Le bois, qui sert aussi de combustible, est la matériau de construction le plus courant. Mais construire une maison demande énormément de bois. Il ne faut pas oublier que pour une sablière, il faut un arbre de soixante ans et de plus de cent ans pour une poutre. Un tronc de 20/25 cm donne 2 poutres de 12*8cm, combien de centaines de poutres (donc de centaines d'arbres) pour bâtir une maison ?

De plus, on a trop construit en bois long pendant trop longtemps, ce qui a contribué à l'épuisement des forêts dès le XIVème siècle: Par exemple, en 1295, près de Rouen, on employait des poutres de 65 / 80 cm de côté, d'autres longues de 13 à 20 m, ce qui exigeait des arbres plusieurs fois centenaires, ce qu'une forêt ne peut évidemment pas fournir d'année en année.

Poutre de forte section préparée pour la construction du château de Guedelon (Yonne)

Là dessus, il faut ajouter le gâchis, parfois monstrueux. Uun exemple: en 1386, le roi Charles VI prépare une invasion de l'Angleterre. On abat alors dans les forêts normandes assez d'abres (combien de milliers?) pour construire une fortification préfabriquée et démontable, destinée à être embarquée et reconstruite outre Manche; elle avait une enceinte de 20 pieds de haut (= 6m) et un diamètre de 3000 pas, c.a.d. une circonférence de plus 3000m, et était flanquée de 75 tours. Imaginez les coupes d'arbres dans les forêts de Normandie pour une telle entreprise!

Pendant la guerre de Cent Ans, les forêts n'ont pas été entretenues et pire encore, on été souvent ravagées, si bien que les beaux bois de construction se sont fait rares longtemps après le retour à la paix..

A partir du XVIème siècle et plus nettement encore au siècles suivants, tous les bois de qualité étaient réservés à la marine. Pensez, par exemple aux grands fûts nécessaires pour les mâtures.

Pour toutes ces raisons, on assiste à une augmentation du prix du bois qui devient un matériau sinon rare et précieux, mais coûteux, à tout le moins. Dès lors, on cherchera à l'économiser en ré-employant le plus possible des bois anciens de récupération, et on réprimera le gaspillage. Ainsi, un contrat passé à Rouen en 1525 stipule que les chutes appartiendront au client !

Un exemple d'emploi de bois de récupération: la sablière basse est faite avec une ancienne colombe: on voit encore les encoches dans lesquelles étaient enfoncées les éclisses destinées à tenir le hourdis.

Rue Carnot


La pénurie de matériaux? A Evreux, on ne la connaissait pas!!!
Jusqu'à la Révolution, Evreux conserva une réserve forestière, connue sous le nom de Rideau de Saint -Germain, tout le long de la forêt entre Evreux et Arnières. Chaque habitant de la ville qui construisait une maison ou la réparait avait le droit de prendre le bois qui lui était nécessaire dans cette réserve. Ce droit venait du privilège accordé par Charles VII en 1441 pour remercier des Ebroïciens de l'aide apportée aux troupes française pour chasser les anglais de la ville. Mais dès le le XVIIème siècle, ce Rideau; surexploité, ne fournissait plus que des bois de mauvaise qualité qui se rompaient souvent apès avoir été mis en oeuvre - comme ce fut le cas à l'Hospice d'Evreux.


Le montage final de la façade s'effectuait toujours sur place, sur le sol, au milieu de la rue, si possible. Ces rues étaient très étroites le plus souvent, ce qui militait aussi en faveur de l'emploi de bois courts puisque, avec eux, on ne montait qu'un seul un étage à la fois : le chantier d'assemblage n'exigeait pas trop grande une surface au sol et pouvait être installé dans la rue alors que l'emploi de bois longs (donc l'assemblage de plusieurs étages d'un seul coup) requiérait de grands espaces de montage, incompatibles avec la l'étroitesse des rues.

Le retour des bois longs
Dès le milieu du XVIème siècle alors que l'encorbellement disparaît, la technique de l'ossature s'appauvrit peu à peu. On assiste alors au retour progressif aux longs poteaux, mais traités avec infiniment moins d'ampleur qu'au Moyen Âge.


Bois longs dans des constructions du XVIème - XVIIème
Rue du Chapitre (à gauche) - Rue d'Albuféra ( à droite)
Ces bois longs sont presque toujours de plus petit équarrissage que dans les siècles précédents et cette technique n'a plus le rôle fondamental qu'elle avait au Moyen Age; elle n'est plus qu'une technique parmi d'autres jusqu'à ce qu'au XIXème siècle on en vienne à ne plus utiliser, comme bois longs, que des pièces malingres et fourchues.