L'évolution de la conception des roses: vers les roses flamboyantes

Une rose, appelée parfois rosace, est une fenêtre circulaire (dans la plupart des cas) dont les meneaux et le remplage tracés en forme de rayons sont garnis de vitraux colorés. Le nom de 'rose' vient vraisemblablement de la ressemblance de la fenêtre et de son remplage avec une rose et ses pétales.

On les trouve avant tout sur la façade ouest ou sur les transepts des grandes églises, au début sous une arcade circulaire (Laon, Chartres), plus tard sous une arcade ogivale (Reims) avant d'être le centre d'une vaste composition couvrant la totalité de la façade (Rouen)

L'étude et la comparaison de roses construites à différentes époques, pour finir par des roses flamboyantes, peut aider à mieux comprendre la persistance d'une même technique de construction à travers toute l'époque dite 'gothique' mais aussi les transformations de cellle-ci, en particulier au XVème siècle.

Prenons quatre exemples pour illustrer ce propos: 1/ la rose nord de Notre-Dame à Paris 2a/ la façade ouest de la Sainte Chapelle à Paris, 2b/ la rose sud de la cathédrale d'Amiens 3/ la rose ouest de la collégiale Notre-Dame de Vernon.

Les comparaisons, études et conclusions qui suivent sont très largement tirées du site <http://pro.wanadoo.fr/quatuor/accueil.htm > dans lequel on trouve une approche novatrice de l'histoire de l'art. Nul doute que les spécialistes de celle-ci y trouveront une utile source de réflexion. Les passages cités ci-dessous proviennent de ce site.

Changing patterns in rose design: towards late Gothic rose windows

A rose window is a circular window, with mullions and traceries generally radiating from the center, and filled with stained glasses. The term is suggested by the fancied resemblance of the window with its traceries to the rose and its petals.

Roses are found on the Western facade or on the transepts of the larger churches, at first under a semi-circular arch (Laon, Chartres), later under a pointed arch (Reims) before they become became the centre of a vast window composition, covering the whole end of the transepts (Rouen ).

Studying and comparing roses built at various periods, ending with 'Flamboyant' roses, may help understand better how the same building technique endured through the whole Gothic age but also how it evolved, especially in the late 15th century.

Take four examples to illustrate the point , 1/ the North rose of Our Lady cathedral in Paris, 2 a/ the West facade of Sainte Chapelle in Paris, 2 b/ the South rose of Amiens cathedral, and 3/ Our Lady collegiate church in Vernon.

The comparisons, studies and conclusions that follow are largely drawn from this site <http://pro.wanadoo.fr/quatuor/accueil.htm > which provides a very new approach to Art history. Undoubtedly, researchers are likely to find there a useful source of thinking.
All the quotations (in the French text) come from this site.




1 - Rose de style rayonnant du croisillon nord de Notre-Dame de Paris (1245-1250)

Nous avons affaire à un plan centré dans lequel "toutes les ogives sont ficelées en bouquet au rond central, et ce ficelage forme un noeud unique qui sert de référence commune, non ambiguë et inamovible, pour repérer et percevoir la totalité des ogives" C'est précisément ce type de vitrage 'rayonnant' qui a donné son nom au style de cette époque.


1 - North rose of Notre-Dame in Paris (1245 - 1250) in 'rayonnant' style

We are dealing with a centred plan in which all the ogees come together in the very centre of the circle as if they were tied together by a knot. This knot or node is the common, unambiguous and fixed reference for locating and visualizing all the ogees. This is precisely this kind of 'radiating' pattern that gave its name to the style of this period (Rayonnant Gothic).


Rose nord de Notre-dame - North rose of Notre-Dame



Rose ouest de la Sainte-Chapelle - West rose of Sainte Chapelle

2 -Rose flamboyante Ouest de la Sainte-Chapelle(1485)

L'unité de base n'est plus une ogive simple "mais une espèce de cosse, formée d'un ovale qui se termine en pointe à ses deux bouts. L'ensemble possède toujours une structure nettement orientée à partir du centre : "six grands pétales s'écartent du rond central, et dans l'autre sens de grandes cosses à une seule pointe dirigée vers le centre de la rose, se déforment pour s'intercaler entre ces pétales." Notons que "ces cosses n'ont pas d'organisation interne, puisque leurs deux extrémités en pointe sont interchangeables."

2 - Late Gothic West rose of Sainte Chapelle in Paris (1485).

The basic pattern in no longer an ogee but a kind of oval-shaped 'pod' or 'husk' with pointed ends. The structure of the window is clearly centred: six large petals radiate from the central circle and in the other direction, large 'pods' pointing towards the centre are interwoven with the petals. Also note that the 'pods' have no internal structure of their own since both ends are similar and interchangeable.

 

 


3 - Rose flamboyante sud de la cathédrale d'Amiens (fin XVème siècle)

Cette rose a une structure particulièrement complexe.
Comme presque partout ailleurs on retrouve un plan centré avec "un noeud central qui ficelle toute la figure, puisque toutes les nervures du réseau y passent ou y repassent" (6 nervures et 6 double pétales). Mais contrairement à la Sainte-Chapelle ce noeud central centre n'est plus le centre unique d'attention, et le demi cercle périphérique (richement orné) de la rose attire tout autant l'oeil : celui-ci ne cesse de passer du centre à la périphérie chaque fois qu'il voit une des nervures radiales.
De plus, contrairement à la Sainte Chapelle, l'extrémité de chaque 'cosse' - que l'on trouve aussi ici - est différente: l'extrémité dirigée vers le centre "est une simple pointe vide tandis que l'autre est encombrée d'une forme trilobée", ce qui conduit aussi l'oeil vers l'extérieur.

Ainsi la rose semble-t-elle divisée en deux pôles visuels, le centre et la périphérie.

3 - Late Gothic South rose of Amiens cathedral (end of 15th c.)

It is extremely complex:
As almost elsewhere, there is still a central node where the six veins and the six double petals seem to be tied together by a single knot. But contrary to Sainte Chapelle, the central node is no longer the only focussing point and the outside abundantly-decorated half circle does attract attention just as much : the eye keeps moving from the centre to the periphery every time it sees one of the radiating veins.
Moreover, unlike Sainte Chapelle, the ends of the 'pod', which are present here too, are different: the end towards the centre is empty while the other end shows trefoiled tracery.

Thus the rose seems to be divided into two visual poles, the centre and the periphery.






Rose sud d'Amiens - South rose of Amiens


Rose ouest de Vernon - West rose of Vernon


4 - Rose flamboyante ouest de la Collégiale Notre-Dame de Vernon (fin XVème / début XVIème siècle)

La magnifique rose présente un dessin original: un grand carré dans lequel est inscrit un grand cercle, celui-ci étant divisé en quatre cercles plus petits, eux même avec un remplage. De plus, une double frise de feuillage souligne la forme carrée.

La rose de Vernon est une de celles qui marquent l'évolution ultime des roses gothiques: l'organisation centrée qui a dominé pendant trois siècles et que l'on a vu perdre de l'importance à Amiens, a fini par disparaître:
les quatre cercles inscrits dans le grand sont indépendants les uns des autres et rien n'attire plus le regard vers le centre. C'est tout juste si ces cercles délimitent un petit espace central auquel l'oeil ne prête pas intérêt. Au contraire, l'oeil est dirigé vers l'extérieur par le remplage intérieur de chaque cercle qui se termine par une sorte de flèche orientée vers l'extérieur et qui semble indiquer à l'oeil la direction à prendre.
De plus, la fenêtre, au lieu d'avoir une forme circulaire usuelle, est ici composée d'un carré, lui même souligné par une frise de feuillage. Or, si dans un cercle l'oeil a tendance à se porter vers le centre, tel n'est pas le cas avec un carré dans lequel l'oeil perçoit d'abord la surface ou les côtés (ainsi que le cercle inscrit dans ce carré, dans notre cas), le concept de 'centre' n'ayant guère de sens dans le cas d'une figure carrée.

Cette transformation confirme ce qui a déjà été dit à propos de la structure architecturale de la période flamboyante: celle-ci perd le sens qu'elle avait dans les siècles précédents et acquiert une valeur de décor, ce qui semble bien être aussi le but atteint dans la rose de Vernon.



4 - Late Gothic West rose of Our Lady Collegiate church in Vernon (late 15th / early 16 th c.)

The magnificent rose window presents an original design: it is a large square in which a large circle is inscribed, this circle being divided into four smaller ones filled with tracery. In addition a double frieze of foliage lays an emphasis on the square shape.

The rose of Vernon is one of those that record the final evolution of Gothic roses: the centred pattern which ruled for three centuries and which was already challenged in Amiens cathedral, has finally disappeared:
the four circles inscribed in the larger one are independent one from the other and nothing draws the onlooker's attention towards the centre any more. These smaller circles merely enclose a tiny central area to which the eye pays little attention. On the contrary, the eye is lead outwards by the tracery (inside each circle) that ends into a kind of outwardly-oriented arrow which seems to point to the outside.
Moreover, the window, instead of the usual circular pattern, is square and this shape is further set into relief by a frieze. Now, if the eye naturally tends to look towards the centre of a circle, things are different with a square and the eye does tend to perceive the sides of the square or the large inscribed circle first, while the notion of 'centre' is not pregnant in the case of a square figure.

This transformation is a confirmation of what was said earlier about the architectural structure of 'flamboyant' Gothic: it loses the meaning it used to have in earlier centuries and becomes an element of decoration, which also seems to be the aim pursued in the rose of Vernon.


Quelques pages plus pointues pour les curieux,
les spécialistes et les autres aussi...
A few pages for amateurs and others...

Le symbolisme de l'église ( en français) / Church symbolism (in English)

La genèse du gothique / Genesis of Gothic architecture:

Quelques pistes pour dater un édifice gothique / A few ways to give a Gothic building a date.

Le gothique flamboyant / Late gothic

Pourquoi ce nom de 'Gothique'? / Why is it called 'Gothic'? page suivante / next page


Copyright 2005

Retour page 'Intérieur '- Retour page 'Extérieur' - Retour page 'Vitraux'

Back to 'Inside' page - Back to 'Outside' page - Back to' Stained Glass' page