English version

 

 

VITRAUX
Vitraux anciens



A partir du XIIème siècle, un courant de pensée dominant, inspiré du Pseudo-Denys, soutient que Dieu est lumière et que chacune de ses créations reçoit et transmet un partie de cette lumière. "Ce concept est la clé de l'art nouveau - art fondé sur la lumière, la clarté et la brillance." (G. Duby, L'Age des cathédrales). En effet, à la même époque, les bâtisseurs ont découvert un procédé architectural nouveau qui permet d'ouvrir largement les murs, qui ne sont plus porteurs, et donc de placer d'immenses verrières.

Détails sur la rencontre entre les nouvelles techniques architecturales et la nouvelle conception de Dieu.

 

Les vitraux avaient une triple fonction:

 

D'une extrême fragilité, ces grandes surfaces vitrées sont les premières a souffrir des méfaits du temps ou de ceux des hommes, et tant la révolution de 1789 que la seconde guerre mondiale ont été néfastes pour les vitraux de la Collégiale.

Durant le XIXème siècle, des vitraux nouveaux furent posés pour remplacer ceux détruits pendant la Révolution, mais malheureusement les raids aériens de 1940 et 1944 ont à nouveau tout détruit, à l'exception d'une fenêtre qui avait été déposée en 1939 pour être restaurée (et qui donc a passé la guerre dans des caisses, ce qui l'a préservée!) ainsi que de quelques fragments qui ont été remontés depuis.

Ce vitrail (très restauré) du début du XVIème siècle représente des anges musiciens.

Voir les agrandissements de ce vitrail: détail 1 détail 2 détail 3 détail 4

Quelques précisions sur les anges musiciens qu'on rencontre partout aux 15ème et 16ème siècles.

 

Baie à quatre lancettes de la fin du XVème siècle avec diverses scènes de la Passion du Christ et de la vie de Saint Jean-Baptiste. Par exemple, Piéta (lancette de gauche), baptême du Christ et décollation de Saint Jean-Baptiste en bas, dans les lancettes centrales.Le remplage (la partie supérieure) montre des scènes de la Passion du Christ: le Christ devant Pilate, la Flagellation, un Portement de Croix, etc...

Partie supérieure d'un vitrail du XVIème siècle qui représente les Saintes Femmes. On les voit en particulier débarquer en Provence et ressusciter un jeune enfant mort.

Détail du vitrail

Un ange présente l'enfant décédé à la Sainte

 

Partie supérieure (le remplage) d'un vitrail du XVe siècle qui représente les  signes du zodiaque.  Pour l'homme médiéval, le zodiaque n'a rien à voir avec l'horoscope que certains écoutent le matin en ouvrant la radio. Les signes du zodiaque sont toujours associés aux mois, eux-mêmes rattachés au cycle des travaux agricoles. Ils sont donc un symbole du changement,  de transformation, du temps qui passe  - ce qui s'oppose à l'immuabilité et l'éternité de Dieu.

Au centre gauche du vitrail, presque en haut, on reconnaît facilement  la balance et le scorpion à sa gauche. Sous la balance, le bélier.

 

Quelques fragments des vitraux de la chapelle de la Vierge posés au XIXème siècle ont survécu et ont pu être rassemblés pour reconstituer ce vitrail évoquant la vie de la Vierge.

 




Copyright 2005
Glossaire

Vitraux : [Anciens] [Modernes : Bony] [Modernes : Hermet & Juteau]

[Visiste rapide] [Histoire] [Extérieur] [Intérieur] [Mobilier] [St Adjutor] [Vitraux] [Orgue]
[Liens] [Webmestre] [Paroisse] [Remerciements]

Site
Vernon - Giverny